Bande Annonce

0 commentaires
video

Maren Ade - Réalisatrice

0 commentaires
Maren Ade naît en 1976 à Karlruhe. Elle fait des études de réalisation et de production à l'HFF (Hochschule für fernsehen und film) de Munich. Son premier court-métrage Ebene 9 réalisé en 2000 est projeté la même année au Festival International de Hof et sélectionné par plusieurs autres festivals. Der Wald vor lauter Baümen (2003), son premier long-métrage et film de fin d'études, est invité dans de nombreux festivals internationaux. Il est non seulement nominé au Prix du film allemand mais remporte également le Prix spécial du Jury au festival du film de Sundance en 2005. En collaboration avec Janine Jackowski, elle produit le long métrage Hotel Very Welcom de sa collègue Sonja Heiss.

FILMOGRAPHIE :

  1. 2000 - Ebene 9 - Réalisation / Scénario / Production - Court Métrage, 15 min
  2. 2001 - Vegas - Réalisation / Scénario / Production - Court Métrage, 10 min
  3. 2001 - El Condor no pasa
  4. 2001 - Ein Beitrag zur deutschen Leikultur - Réalisation / Scénario - Socialspot, 1 min
  5. 2002 - Karma Cowboy - Production - Docu-fiction, 40 min
  6. 2003 - Der Wald vor lauter Bäumen - Réalisation / Scénario / Production - Long Métrage, 81 min
  7. 2007 - Hotel Very Welcome - Production - Long métrage, 89 min
  8. 2008 - 2009 - Everyone else - réalisation / Scénario / Production - Long métrage, 119 min

Lars Eidinger (CHRIS)

0 commentaires

Lars Eidinger ( Chris )

Lars Eidinger, né en 1976, suit une formation de comédien à la Ernst Busch Hochschule für Schauspielkunst (Institut supérieur d'arts dramatiques de Berlin) de 1995 à 1999. Il apparait notamment dans La Pucelle d'Orléans de Schiller et Préparatifs d'immortalité de Peter Handke au Deutsche Theater de Berlin sous la direction de Jürgen Gosch. En 1999, il rejoint la troupe du théâtre Schaubühne. depuis 1998, il joue dans de nombreuses productions cinématographiques et télévisuelles dont les films Nur ein Sommer de Tamara Staudt (2006) et After Effect (2005) de Stephan Geene.
Outres ses talents de comédien et d'acteur, Eidinger est également musicien : en 1998, il sort son premier maxi single sur le label berlinois !K7. Deux de ses morceaux sont intégrés à la compilation "Fragments" qui apparaît sur le label no.nine recordings. En 1999 il produit la bande sonore du documentaire diffusé par Arte Die Mörder des Herrn Müller d'Ernst-August Zurborn. Il compose également la musique de Nora (henrik Ibsen), de L'Ange exterminateur (Karst Woudstra) et du Deuil sied à Electre (Eugene O'Neil), trois mises en scène de Thomas Ostermeier. Lars Eidinger vit actuellement a Berlin.

Birgit Minichmayr ( GITTI )

0 commentaires

Birgit Minichmayr a étudié le cinéma au Séminaire Max Reinhardt à Vienne. En 1999, elle débute sur scène en incarnant la prostituée de la pièce La Ronde d'Arthur Schnitzler au Burgtheater de Vienne, dont elle fait aujourd'hui partie. Sur le grand écran, elle apparaît dans les films Fallen (2006), Cherry Blossoms, un rêve japonais (2007) ainsi que dans La Chute de Oliver Hirschbiegel, grand succès de 2004. Sur le petit écran, on peut la voir dans l'épisode Böses Blut de la série policière Tatort (2000, réalisé par Peter Sämann) diffusée par la chaîne allemande ORF ainsi que téléfilm Daniel Käfer -Die Villen der Frau Hürsch (2004, réalisé par Julian Roman Pölsler). En l'an 2000, Birgit Minichmayr remporte le Prix Nestroy du meilleur espoir féminin pour sa prestation dans Der Färber und sein Zwillingsbruder au Burgtheater de Vienne. En 2003, elle obtient le Prix Ulrich Wildgruber des jeunes talents allemands. Elle reçoit à nouveau le Prix Nestroy en 2004, cette fois dans la catégorie meilleure comédienne pour l'incarnation de Médée dans la pièce Das goldene Vlies de Grillparzer au Burgtheater.

Everyone Else

0 commentaires


En apparence, Gitti et Chris ont 30 ans et filent le parfait amour dans leur maison de vacances en Sardaigne. Mais leurs ébats, leurs rituels et leurs jeux complices dissimulent une tension latente. Extravertie et pleine de vie, Gitti n'hésite pas à exprimer son amour et son engagement pour Chris, alors que celui-ci se montre plus réservé, peinant à gérer son insécurité personnelle et professionnelle.

Ce fragile équilibre est déstabilisé par la rencontre fortuite de Hans et Sana. Un autre couple, plus brillant, plus heureux, pour qui surtout la question de la modernité ne semble pas se poser le moins du monde. Piqué dans son orgueil, Chris tente de calquer ce modèle de vie à deux et de montrer à sa dévouée bien aimée qu'il est de taille à porter leur couple. C'est le résultat inverse qui se produit : la confiance de Gitti est ébranlée. Elle essaye tant bien que mal de correspondre à ce nouvel idéal féminin, mais ce jeu de métamorphose se transforme peu à peu en une lutte intérieure et silencieuse. Alors que Chris pense pense découvrir les délices de la domination masculine, Gitti lâche prise, dans une forme inédite de soumission. Chacun avec son nouveau personnage, Chris et Gitti se donnent une seconde chance de se découvrir soi-même, de découvrir l'autre et d'être en fin heureux, comme tout le monde.

Avec un humour subtil et une perspicacité rare, EVERYONE ELSE nous conte une histoire d'amour des années 2000, poignante de vérité et de finesse, décrivant sans concession les extrémités et les trahisons auxquelles chacun en arrive pour sauver sa relation.
C'est surtout l'occasion de découvrir l'une des figures marquantes de la nouvelle école berlinoise : pour son deuxième long métrage après The Forest for the Trees (primé à Sundance et inédit en France), Maren Ade brosse un portrait d'une saisissante acuité d'un couple de trentenaires partagés entre ses aspirations contradictoires et le vertige de sa liberté. Sa mise en scène vive, sobre et précise, est toute entière concentrée sur la sourde violence des sentiments, un romanesque folk incarné merveilleusement par Brigit Minichmayr (Prix d'interprétation féminine au Festival de Berlin 2009 ) et Lars Eidinger